Je l’ai rencontré au fin  fond du nord tunisien, dans un village accroché sur la falaise d’une montagne noire. Un village ravagé par un urbanisme  envahissant. Un village qui souffre en fierté.

Dans une ruelle bondée de badauds, Massoud prend un emplacement stratégique interpellant les passants par des appels répétitifs et rythmés: « Que dieu soit avec vous,  aidez moi dieu vous aide ».

img1776.jpg

Massoud est un mendiant emblématique du village. Il est aveugle et manifestement sourd;

Il commence sa journée dès l’ouverture des premiers commerces. Tout le monde le connaît et le reconnaît. Il fait parti du décor. Au couché du soleil, Massoud disparaît. Personne ne lui connaît de domicile. Sa disparition alimente toutes les rumeurs. Certains avancent même l’idée, que Massoud dispose d’une antre au cimetière du village. D’autres pensent qu’il s’agit d’un agent secret de la police…Tout le monde entretien les rumeurs sans que personne n’accorde la moindre importance à la vérité de cet homme.

Les vieux du village le connaissent bien, mais refusent de décliner son identité. Son histoire est bouleversante me dit-on. Dans l’hasard d’une rencontre, une personne m’a dit que son père connaît bien ce quidam.

Combattant pour l’indépendance de son pays, il a perdu la vue dans une embuscade militaire. Quelques années plus-tard sa femme l’a quitté parce qu’il a refusé de recevoir la pension accordée aux anciens combattants par l’État. Elle a vécu longtemps dans le même village avec un autre homme. Massoud est le père de ses deux enfants. 

Après une dispute avec sa femme, Massoud a quité le village sans jamais donner de ses nouvelles. Il est revenu,  vingt ans après, amaigri, sequelettique et dans un piètre état. Il n’a jamais dévoilé le secret de sa disparition. Il n’a jamais cherché à retrouver ses enfants. Il a toujours refusé la reconnaissance de son pays.

Massoud est mort avec son secret.