L’actuelle crise financière marque la faillite d’une idéologie selon laquelle le système financier peut s’autoréguler. L’intervention de l’Etat dans le système financier clôt trois décennies, celles de tous les excès, du crédit mais aussi de l’élargissement inadmissible des inégalités dû à l’emballement sans contrôle de la finance de marché. L’énormité du déficit public américain à venir et le retour des réglementation indispensables dans les banques et les marchés de capitaux vont durablement accroître les coûts de crédits et limiter les leviers de l’endettement.

Le mécanisme du surendettement s’est mis en place aux États-Unis. Il trouve son origine dans la débauche des crédits hypothécaires dans l’immobilier. Le processus est le suivant: un ménage emprunte de l’argent pour acheter une maison. La maison est la garantie de l’emprunt. Si la valeur de la maison augmente, le ménage emprunte davantage pour des besoins de consommation. Une maison peut ainsi garantir plusieurs prêts. Or la baisse du marché de l’immobilier a provoqué une baisse des valeurs hypothécaires et réduit la capacité d’endettement.

usa.gif

Il se trouve que plusieurs crédits ont été distribués sans aucun plancher de ressources. En clair, sans vérifier qu’ils n’étaient pas trop élevés pour leurs revenus. Il s’agit des crédit dit « subprimes » à taux variables (négociables chaque trois ans). Ainsi la charge de paiement mensuels sur les ménages a-t-elle pu s’accroître brusquement de 25% à 40% au dessus du niveau initial. Il faut savoir que les crédits aux États-Unis peuvent être accordés librement par des courtiers. Ceux-ci les transférent à des banques d’affaires qui les regroupent pour les vendre à des investisseurs sous forme de titres financiers.

La titrisation est une technique qui consiste à loger dans une société des crédits consentis à des ménages par exemple, puis vendre les titres à des investisseurs. Ainsi les créances des banques se trouvent sur des marchés financiers (Wall Street, Tokyo, Londres, Paris,…). La chutte du marché de l’immobilier a ébranlé tout le système financier. Pas seulement au Etats-Unis mais par tout dans le monde.

Quelles sont les conséquences sur les économies européennes?

A suivre