Il y a des lieux qui laissent indifférent, il y a des lieux qui marquent à jamais. La scène se passe au Caire devant la mosquée al Hussein. La grande place est noir de monde…des milliers de personnes venant de tout bord pour fêter l’anniversaire d’un hypothétique Saint de l’Islam.

p10006781.jpg

Sur fond de musique religieuse à répétition, les hauts parleurs dominent l’environnement sonore. La foule bouge dans tous les sens. Certains ont installé leurs tapis sur le parvis de la mosquée. Sirotant des tasses de thé et grignotant imperturbablement des fruits secs. Par groupe de cinq, de six ou même plus, ils s’échangent des causettes dont on devine le caractère ironique à travers les longs rires.

Après un tour furtif, j’ai occupé une place dans un café central. J’ai apprécié l’ambiance générale que la variété des lumières colorées rend idyllique. Importuné par des vendeurs de tout genre de biens, j’ai gardé en mémoire ces visages gais, insistant.

Parmi les vendeurs, il y a Mazen, un quadragénaire, qui propose de jouer de la musique. J’ai voulu savoir plus sur ce qui propose, il m’a dit qu’il connaît les répertoires de grands chanteurs du monde arable, du Maroc à Oman. Pour le tarif, il me laisse le libre choix. Avec son luth, il s’est installé devant moi et à commencer par une chanson de Oum Khaltoum, puis Farid Al attrach, puis d’autres…, Malgré, les bruits de l’ambiance générale, sa prestation a été plutôt bien.

La place de la mosquée Al Hussein ne laisse pas indifférent. Par des effets inexplicables, elle produit un sentiment de bonheur, une émotion agréable et profonde. C’est la magie des lieux.